Des joies simples …

Classement des meilleures ventes de eBooks le 15/08/2016

Voilà !

Sur un podium étendu, Lizzie est très présente et cela me ravit. Je précise néanmoins que je ne suis pas un compétiteur, mais j’avoue un plaisir certain ressenti quand je vois ces illustrations presque identiques qui se suivent de la deuxième à la cinquième place. « Lizzie et l’œil de Néfertiti » n’est pas loin (quinzième du classement). ***

Ok, mais la première place m’échappe, me direz-vous !

Je répondrai : « oui, mais non ! » Je la partage en effet avec quelques plumes alertes et élégantes qui rivalisent de talent dans ce recueil que je vous conseille ardemment. Vous trouverez à la fin de ce post le lien qui vous dira tout à propos de ces auteurs. Voici, en attendant, une modeste « mise en bouche », un extrait du texte écrit pour l’occasion : « Le chef d’orchestre » 

Extrait :

La chape de plomb n’était pas insonorisée, mais nous n’en avions cure. De trille en trille, Grace-Eugénie exprimait ma musique, la métamorphosant en cantate céleste. Le lit battait la mesure contre la cloison creuse et la cadence obtenue nous exhortait à enchaîner les mouvements. Chaque phrasé ne durait pas plus de deux minutes ; celles-ci semblaient une éternité tant le silence qui lui succédait, perturbé subtilement par nos souffles bouleversés, était une partie essentielle du récital amoureux auquel nous nous nous adonnions.
Je ne me lassais pas de nos joutes mélodieuses. Je voulus aller plus loin encore et explorer des tonalités jusqu’alors inconnues. Le tambour du mur, le froissement des draps, nos voix mêlées… De compositeur, je m’improvisai chercheur. À mon avis, il manquait un ou plusieurs artifices dont les ondes acoustiques combleraient nos sens enivrés. J’imaginais que Grace-Eugénie partageait mes doutes et qu’elle applaudirait aux innovations que j’introduirais dans la partition
J’avais tort.
Je voulus, dans un premier temps, remplacer ma baguette par un substitut vibrant. L’excitation était là, sans aucun doute. Je bandai tandis que ma partenaire jouissait bruyamment. Elle me caressait, bien sûr, mais je ratai mon entrée et les dissonances vinrent se superposer aux vrombissements du godemichet. Une cacophonie sans nom creva nos tympans mélomanes. Grace-Eugénie profita de mon trouble pour me susurrer quelques idées à propos des costumes de scène. Je ne répondis rien. J’estimais être le seul à avoir les connaissances suffisantes… et le talent, que dire de mon talent ? J’avais révolutionné l’art lyrique, bon sang ! Ce n’était pas une petite traînée un tant soit peu douée d’une compétence particulière qui mettrait en doute mon génie. Elle demandait que nous revêtions des tenues ridicules — du latex noir, quelle vulgarité — et que je la fouettasse lorsque je la baisais !
« Je ne fais pas dans le vaudeville, ma chère ! Je suis un musicien, pas un clown. Rejoignez le premier cirque qui passe si vous voulez tant que ça vous faire baiser par un joueur de mirliton ! »
Elle pleura beaucoup.
Tandis qu’elle s’épanchait en de vulgaires gargouillis sans intérêt, je la besognai pour comprendre en quoi mes expérimentations ne donnaient rien de bon. Elle jouit sans conviction et ne réussit pas à clore son envolée, celle-là même qui la rendait si précieuse pour un musicien de ma trempe. Je biffai d’un trait rageur trois feuillets de ma partition, détruisant plusieurs mesures de vocalises. La position fut changée elle aussi ; la choriste devrait désormais se doigter pendant que j’étoufferai de mon organe les sons résultants de ce jeu brutal. Ce pizzicato fit son effet. La voix assourdie par ma queue devenait ostinato ; je modulai seul et libre une mélopée que les trépidations de la gorge asphyxiée accompagnaient subtilement. Le professionnalisme de Grace-Eugénie était mis à rude épreuve, mais elle m’épargna le coup de dent vengeur.
Je jubilai. Cette pièce était encore plus innovante que tout ce que j’avais composé depuis mes débuts. Il avait suffi que j’inverse les rôles. Je serais à l’avenir tout à la fois, instrumentiste rythmique, soliste et chanteur. À ma partenaire revenaient les basses qui enrobaient la musique… MA musique.
Grace-Eugénie m’avoua longtemps après que le bâillon ne lui déplaisait pas. Elle rêvait tant d’une poire d’angoisse que ce substitut l’avait fait patienter. Elle persistait pourtant à penser que mes œuvres devenaient trop abstraites pour être réellement intéressantes. Béotienne ! Je lui demandais cyniquement si les quelques mesures pendant lesquelles je câlinais pianissimo ses seins et son dos étaient si « abstraites » que ça. Elle ne répondit pas. Elle me quitta bientôt pour un histrion, un phénomène de foire travesti hululant lors de concerts de trash métal vulgaire et insipide. Grace-Eugénie avait délaissé le génie pour l’inélégance. Elle ne me méritait pas.

Retrouvez ce texte en très bonne compagnie (RosaBonnet, Jean Darmen, Louise Laëdec, Noann Lyne, Fêteur de Trouble, Wen Saint-Clar et Monsieur K.) dans le recueil « Fantasmes 2 – L’Auto-stoppeuse / Le Musicien » paru chez DOMINIQUE LEROY ebook dans la Collection e-ros & bagatelle

Capture7

 

*** Révision du 22 août 2016 :

16.08.22 Lizzie

youpi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *