Les conseils beauté de Donatien Farajoud

J’ai retrouvé dans mes archives un article datant de l’aube des réseaux sociaux. Cela s’appelait myspace, si mes souvenirs sont bons (je suis sûr du nom, c’est juste histoire de dire des trucs de présentation inutiles, voire superfétatoires)

Bon, ça vaut ce que ça vaut….


 

Donatien Farajoud vous parle dans le poste – C’est dimanche !… – Les conseils beauté… – Jøhn Peter B.

« Entre ici, week-end, avec ton cortège de barbecues, de rendez-vous coquins derrière le night-club, sur le capot d’une bagnole tunée, etc. » aurait pu dire Malraux s’il n’avait pas été autant pris par l’exercice de son égo.

C’est enfin la fin de la semaine, et comme tout bon magazine TV, nous avons pensé qu’une page beauté était indispensable (nous ferons aussi une chronique bière-foot, la parité est une règle d’or ici).
Une jolie publicité a attiré mon attention, cette semaine, au dos d’un magazine féminin.

suisse-copie

Cette splendide créature, c’est vous, évidemment puisque vous êtes la cible de la marque qui veut absolument vous refiler son joli « top à bretelles » à 19 €.

Et cette publicité, chère madame, vous explique comment être ENFIN bien dans votre peau, en illustrant son propos par deux jeunes femmes sautant sur un lit (qui est sûrement vendu à une autre page du catalogue) et youp-là la vie est belle.

La chouchouthérapie est, dans ce nouvel âge des ténèbres que nous vivons, une manière de se sentir mieux, plus libre, affranchie des contraintes, des douleurs, des souffrances, du mal-être. Elle est liée à toutes ces pratiques new-age, qui vont chercher dans l’improbable une manne financière que personne ne débourserait chez un médecin ou un pharmacien même remboursé par la Sécurité Sociale.

J’ai fait jadis un long dossier sur les dérives sectaires, voire néo-nazies, de certains de ses pseudoguérisseurs en vogue, je ne vais pas y revenir tout de suite et cette chronique beauté n’est pas directement concernée par cela.

Le sujet du nouveau format de ce blog étant de flatter les bas instincts, nous allons succinctement mettre en lumière les travers de ce type de propos (avec copie aux chiennes de garde, pas déconner non plus).

 

Première question à se poser : A quoi peut bien servir une séance de psy à 75 € ?

C’est pas donné, si vous voulez mon avis. J’admets volontiers que tout augmente, qu’une séance chez le coiffeur peut coûter ce prix exhorbitant aussi, mais là, c’est pour la bonne cause. Il faut être belle, et 75€ chez Franck Provost, ça vaut le coup… Alors que le psy va faire quoi pour votre look ?

Au pire, il est toujours possible d’appeler une bonne copine et de lui confier pourquoi l’inceste vécu de 5 à 16 ans est de plus en plus difficile à gérer, surtout depuis que Tony a revendu les livres de Cyrulnik traitant de la résilience pour acheter un télévision à écran plat.

75 € ? Le prix de cette paire de bottes super jolies. Le budget consacré à trouver pourquoi vous faites toujours le mauvais choix en matière de mecs, pourquoi depuis 5 ans vous souffrez le martyre en somatisant sur tout ce qui bouge, pourquoi vous vous considérez comme coupable dans tous les échecs que vous accumulez (et réciproquement), serait plus utile dans la caisse du magasin de chaussures que chez un psy ne servant strictement à rien.

Quelle pantalonnade.

Vous le savez, vous qui avez recours aux services d’un psy : ça ne sert à rien !

Deuxième question à se poser : Pourquoi aller chez un psy alors ? Parce que je suppose que si vous faites le choix entre séance de psy et top à bretelles, c’est qu’il y a un choix à faire. Donc que vous allez chez le psy… Pourquoi ? Pour frimer devant les copines, pour faire comme tout le monde, parce qu’il est beau et que le transfert ça existe Marie-Sophie vous l’a dit, parce que c’est la mode ?

Troisième question à se poser : Vous n’en avez pas marre qu’on vous prenne pour une conne au QI inférieur à celui d’une branche d’arbre ? Parce que pour proposer à une personne un choix aussi cornélien que « rendez-vous chez un médecin » ou « fringue », il ne faut pas avoir beaucoup d’estime pour elle. Parce qu’un psy est un médecin (si, si, ah vous ne saviez pas ?). Ce type qui vous prescrit des antidépresseurs pour supporter le harcèlement sexuel de votre boss est bardé de diplômes. Il a fait plein d’études pour écouter et prescrire, diagnostiquer et soigner.

Quatrième question à se poser : La prochaine étape de ce type de publicité est-elle : « séance chez le cancérologue : 75 € top à bretelles 19 € » ?

Une réflexion au sujet de « Les conseils beauté de Donatien Farajoud »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *